Connaissance des populations : nos experts techniques vous dévoilent les secrets du traitement de données issues de la photo-identification.

Qu’est-ce que la photo-identification ?

La photo-identification est une méthode qui permet d’identifier les animaux à partir de leurs marques naturelles (cicatrices, entailles, encoches, pigmentation, forme des nageoires…). Pour chaque espèce, une partie du corps en particulier va être photographiée pour pouvoir comparer les individus. Par exemple, chez les dauphins ce sont leurs nageoires dorsales qui sont prises en photo, tandis que pour les cachalots ce sont leurs nageoires caudales.

Le traitement et l’analyse de ces photos contribuent à une meilleure connaissance des populations de cétacés en Méditerranée, voici pourquoi.

 

Le traitement des données, la méthodologie CMR

Pour traiter les données, nos experts appliquent la méthodologie de Capture, Marquage et Recapture (CMR). Au travers de celle-ci, nous étudions l’abondance, la structure sociale, les domaines vitaux ou encore la fidélité géographique des individus et des populations. C’est grâce à ces informations que nous allons pouvoir établir un état des lieux des populations qui nous permettra de proposer et de mettre en place des mesures de protection adaptées à chaque population.

 

La capture 

 

Une fois les photos collectées, nos experts jouent avec la luminosité, le contraste et la texture pour faire ressortir les marques naturelles des cétacés. Pourquoi ces marques sont importantes ? Elles sont propres à chaque individu, c’est en quelque sorte leur empreinte digitale. Elles se forment majoritairement au cours des interactions sociales, tout au long de la vie de l’animal. C’est la raison pour laquelle il est plus difficile de différencier les individus très jeunes (ils ne possèdent quasi aucune marque). 

 

Caudale Cachalot

 

Grâce à ce premier traitement, nos experts peuvent identifier chaque individu du groupe photographié. Cette identification permet à nos scientifiques de faire un matching intra-groupe par la suite.

 

Le marquage 

 

Ce que l’on appelle le marquage renvoie au fait que l’individu est intégré dans notre base de données. Un nom sera donné à l’individu et associé à ses photos ainsi qu’aux informations de l’observation (point GPS, nombre d’individus, …). C’est cette intégration qui nous permet par la suite de procéder à la recapture de l’animal.

 

La recapture 

 

Les individus sont identifiés dans le groupe. Nos experts peuvent donc s’intéresser au matching de ces derniers auprès du catalogue bien fourni de MIRACETI et de nos partenaires. Ce matching nous permet de savoir si l’animal avait déjà été pris en photo et était donc connu par nos partenaires ou nous. Si tel est le cas, nous connaissons le lieu, la date mais aussi les différents comportements de l’individu à chaque fois qu’il a été observé.

C’est au travers de toutes ces étapes que nous pouvons suivre les populations et ainsi être informés sur leur état de santé. Le traitement des données collectées par la photo-identification nous permet de développer nos connaissances pour mieux protéger les cétacés de Méditerranée.

 

Bouton CTA

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Nos autres articles