Journal de bord – Mission hivernale TURSMED2, semaine 3

Journal de bord – 3ème semaine mission hivernale TURSMED2 en PGL – Mars 2021

 

JOUR 1 – samedi 20 mars 2021

Nous entamons cette dernière semaine avec un nouvel équipage composé d’Andréa,

Pauline, Delphine, Julie, Charly et moi. Depuis le début de cette mission, les grands dauphins n’ont pas encore pointé le bout de leur rostre… mais nous n’avons pas dit notre dernier mot ! À 7h00 du matin, nous quittons le Vieux Port de Marseille motivés et remplis d’espoir !

La météo peu clémente à l’Ouest, nous empêche encore d’aller dans le Golfe du Lion. Nous décidons alors de prendre la direction du Cap-Sicié en cette matinée ensoleillée et peu venteuse. A l’approche du Cap, un front météorologique induit par ce que l’on appelle un effet de site (une modification de la direction du vent due à la typologie de la côte – montagnes, falaises, baies etc.) au loin n’est pas de bon augure. Julie, la skippeuse, préfère faire demi-tour. Nous entrons dans la rade du Brusc plus abritée du vent, traversons ensuite la baie de Bandol puis celles de la Moutte et de La Ciotat.

Toujours rien à l’horizon si ce n’est des puffins Yelkouans (Puffinus yelkouan), nombreux en cette période de reproduction. En milieu d’après-midi, alors que les conditions s’améliorent, nous décidons d’en profiter pour prendre la direction du Sud-Ouest pour atteindre un plateau situé à 100m de profondeur, sans succès. C’est alors que trois ou quatre dauphins bleus et blancs (Stenella coeruleoalba) apparaissent furtivement. Ils sont en déplacement et malheureusement trop rapides pour notre bateau. Impossible de les rattraper ! Un mélange de déception et de joie nous habite alors que nous rentrons au joli port de Sanary pour la nuit. Allez, demain est un autre jour !

Laurène

JOUR 2 – dimanche 21 mars 2021

C’est à 7h que nous partons de Sanary. La météo est meilleure qu’hier. Il y a moins de vent, et le soleil est au rendez-vous ! On peut donc démarrer l’effort.
Vers 15h, Charly aperçoit deux dauphins bleus et blancs, mais ils étaient malheureusement trop rapides pour qu’on puisse les suivre pour les prendre en photo et bien les observer. Nous continuons donc notre route et ne ferons pas d’autres observations de cétacés dans la journée.
Ce soir, nous dormirons au port de Porquerolles.
En arrivant, avec Pauline et Charly, nous nous sommes essayés à la pêche. Sans succès. Au menu, ça sera donc gratin de chou-fleur ! Andrea, Charly, Pauline et moi-même commençons à jouer aux cartes pour finir la soirée en beauté.
Les premiers coups de soleil devront se rétablir dans la nuit, nous repartons en effort dès demain avec une journée pleine de soleil en prévision.

Delphine

 

JOUR 3 – lundi 22 mars 2021

Après avoir passé la nuit au Port de Porquerolles, avec des pares battages qui grinçaient. Nous avons une belle matinée avec une mer très calme, presque d’huile.

Aux alentours de 10h, Andrea aperçoit un groupe d’une dizaine de dauphins bleus et blancs. En respectant les 100m, on se rapproche, pour mieux identifier l’espèce de dauphin, trois individus viennent à leur tour jouer à l’étrave. Un dauphin est venu très calmement. J’avais l’impression qu’il nous regardait à travers la surface de l’eau. Un moment suspendu dans le temps quand il nageait spacieusement à l’étrave. Munie d’une perche, avec à son extrémité un écouvillon, Laurène parvient à prélever un peu de peau sur l’un des individus. Cette technique, indolore pour l’animal, permet en effet d’obtenir des informations précieuses sur la génétique et le sexage des individus.

De nombreuses chasses de thons se sont déroulées lors de notre journée avec des goélands qui attendaient le bon moment pour attraper leurs proies. J’observe une tortue caouanne qui a failli être confondue avec un petit bout de bois rond.

Un peu avant 12h, Laurène observe un groupe de 6 dauphins bleus et blancs avec un jeune dont 3 dauphins adultes qui sont venus jouer très rapidement à l’étrave.

Dans l’après-midi, un dauphin bleu et blanc est apparu à côté du bateau et s’est dirigé rapidement vers l’avant du bateau pour disparaître aussi rapidement qu’il soit arrivé. Lors de cette journée, nous avons vu des centaines de Puffins Yelkouans et un certain nombre de Puffins de Scopolis. Nous nous amarrons le soir au Port de Mandelieu La Napoule.

Pauline

JOUR 4 – mardi 23 mars 2021

Ce matin nous partons du port de Mandelieu la Napoule où nous avons passé la nuit. Direction la frontière italienne.

Proche des îles de Lerins, nous observons un poisson lune en pleine séance de déparasitage par des goélands. Un vol de tadornes de belon et d’aigrettes garzettes passent à proximité du catamaran. C’est la période de la migration. Les miles s’enchaînent pour notre catamaran.

Pas de dauphin en vue. C’est plutôt calme hormis quelques passages de puffins yelkouans et l’observation de trois fous de bassan, d’une mouette mélanocéphale et de chasses de thons. La mer est belle et l’espoir d’apercevoir des grands dauphins est toujours là ! Peut-être plus tard dans notre périple.

Après Monaco et son musée océanographique , mémoire des aventures passées, nous arrivons à la frontière Italienne.

Nous décidons de faire demi-tour et reprenons la direction de la baie des anges. Une dorsale est aperçue mais nous ne la reverrons pas.

Au loin, un tronc d’arbre dérive au gré des courants. Il sert d’îlot à 2 sternes caugeks. Crainte pour le navigateur, refuge pour la vie et la faune du large.

Pas de cétacés aujourd’hui malgré des conditions météorologiques favorables.

Nous passerons la nuit au mouillage à Villefranche-sur-Mer. Ici, les chants des oiseaux et des amphibiens résonnent dans la baie.

Charly

JOUR 5 – mercredi 24 mars 2021

7h du matin, nous partons du mouillage à Villefranche-sur-Mer direction Menton.

En cours de route nous croisons 3 dauphins bleus et blancs qui viennent tranquillement nager à l’étrave du bateau. De belles images seront prises lors de cette magnifique rencontre.

Au bout d’à peine une heure Charly aperçoit une chose blanche flotter à la surface et demande à Laurène de regarder, elle nous dit que c’est sûrement un sac plastique, mais en nous rapprochant surprise c’est un poisson lune magnifique !

Nous continuons notre chemin jusqu’à la frontière italienne et nous retournons direction Villefranche-sur-Mer. La journée est presque finie, quand juste à l’entrée de la crique de Villefranche j’aperçois des dauphins, sûrement le même groupe que l’on a vu dans cette baie pendant la matinée. Ils restent très discrets et ne vont pas trop s’approcher du bateau. Nous décidons alors de les laisser tranquilles et d’aller au mouillage pour se reposer.

Andrea

JOUR 6 – jeudi 25 mars 2021

Nous partons une nouvelle fois de notre mouillage dans la baie de Villefranche sur Mer à 7h. A peine 15 minutes après notre départ, déjà 2 déchets flottants sur l’eau aperçus et remontés à bord.
En milieu de matinée, Pauline aperçoit 3 jeunes dauphins bleus et blancs, qui viennent jouer à l’étrave quelques minutes avant de reprendre leur route.
L’après-midi fut nettement moins réjouissante. En entrant dans une baie, nous apercevons un grand dauphin. Enfin un grand dauphin ! Malheureusement, nous nous rendons compte en nous rapprochant qu’il a une corde de plus de 3 mètres accrochée à sa caudale. Malgré toute notre envie et notre volonté pour l’aider, on ne peut pas intervenir. Impuissants, nous reprenons notre route. Plusieurs minutes plus tard, une autre découverte nous désole : un jeune dauphin bleu et blanc, de moins d’un mètre, mort, flotte à la surface de l’eau. Après avoir contacté le référent local du Réseau National d’Échouage qui nous a donné la marche à suivre, nous avons ramené le dauphin au port de St Tropez où un autre référent du RNE l’a récupéré pour le faire autopsier. La journée se finit donc sur une note morose, notre moral en prend un coup. On espère de plus belles observations pour notre dernière journée à bord demain.

Delphine

JOUR 7 – vendredi 26 mars 2021

Debout à 6h30, pour un dernier petit-déjeuner sur le « Même pas peur » qui nous a accompagnés tout au long de cette mission. Ce matin tout le monde est motivé, nous avons l’espoir de sauver la mission TURSMED et de voir un groupe de Grands dauphins.

Nous levons l’ancre à 7h et c’est parti !

Après quelques heures d’observation passées à observer des chasses de thons avec plusieurs faux espoirs de dauphins…ENFIIIINN on aperçoit un groupe de Grands dauphins entre l’Île du Levant et le Lavandou.

C’est bon, on les a enfin trouvés et on se prépare vite pour effectuer le suivi. Les caméras sont sorties pour Laurène et Charly qui vont commencer à prendre des photos pour la photo-ID. Chacun prend un côté du bateau, il ne faut surtout pas les perdre de vue et essayer de les compter. Au total, nous aurons compté 15 individus dont deux jeunes. La photo-id de tous les individus a pu être réalisée. Nous passons maintenant à l’enregistrement acoustique des vocalises. Avec Delphine, nous nous empressons de mettre l’hydrophone à l’eau et enregistrons les magnifiques sons…même si un bateau qui allait à toute vitesse nous a un peu embêtés…

Laurène sort les écouvillons pour tenter de faire des prélèvements de peau mais malheureusement les dauphins ne se rapprochent pas assez du bateau.

Fini le suivi, nous repartons et laissons le groupe tranquille.

Nous faisons le tour des îles pour aller faire de l’essence à Porquerolles afin de ramener le bateau avec le plein à Port Pin Rolland.

Aucune autre observation ne sera faite pendant cette fin de journée et nous arrivons enfin à Port Pin Rolland où Julie nous attend et nous aidera à débarquer tout le matériel qu’il y avait sur le bateau…et je peux vous dire que ce n’était pas peu… Plusieurs caddies et 7 personnes auront été nécessaires pour tout ramener aux voitures, direction le repos pendant un week-end.

Cette dernière journée de mission aura été une superbe journée, avec une superbe observation et des supers collègues de bord !

Andrea

 

Partager :

Facebook
Twitter
Pinterest
LinkedIn

Nos autres articles